Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Nicolas Béraud, l’ancien fondateur de Betclic, veut dynamiser le numérique bordelais

Nicolas Béraud, l’ancien fondateur de Betclic, veut dynamiser le numérique bordelais

Ce serial entrepreneur a installé sa dernière société, Triple Fun, spécialisée dans les jeux vidéo sur mobile sur les bords de la Garonne. Il y a encore trois ans, ce quadragénaire était à la tête d’un groupe de 1 000 personnes réalisant 350 millions d’euros de chiffre d’affaires par an

C’est sans aucun doute l’un des jeunes entrepreneurs français qui a connu la plus rapide ascension dans le numérique ces dernières années. Etudiant à l’Enseirb (Ecole nationale supérieure d’électronique, informatique, télécommunications, mathématique et mécanique de Bordeaux) à Talence de 1991 à 1994, il commence sa carrière au sein d’un grand groupe, Canal+ en 1996 comme développeur puis chef de projet, où il pilote les premiers projets en France de télévision numérique.

Sa première société rachetée 74 millions par Lagardère

Et trois ans plus tard seulement, ce « mordu » de sports et de jeux réunit ses deux passions et créée Sport4fun, un site de pronostics sportifs, avec Éric Moncada, rencontré à Canal+. «  Nous avons réussi à lever 4 millions d’euros…, sans modèle économique », raconte-t-il. Nous sommes en 1999, au début de la révolution Internet. Le site devient rentable quelques années plus tard, fusionne avec sports.fr, et est racheté fin 2006 par le groupe Lagardère pour 74 millions d’euros !

Betclic a créé 500 emplois en… 4 ans

En réalité, ce serial entrepreneur « sent » que le secteur des paris sportifs en ligne va s’ouvrir en Europe et part à Londres fonder Betclic en 2005. Un vrai pari. « Le secteur était hyper-concurrentiel avec de nombreux acteurs bien installés comme Bwin… ». Mais, en jouant la carte de l’accessibilité d’accès à ces sites, jusque-là réservés à des initiés, et des campagnes marketing en ligne particulièrement ciblées, Betclic fait la différence.  Les résultats parlent d’eux-mêmes : 500 emplois créés en 4 ans. En 2011, la société culmine à 350 millions d’euros de chiffre d’affaires et 1 000 salariés. Mais, Nicolas Béraud n’a plus les coudées franches dans son entreprise, rachetée en 2007 par l’homme d’affaires, Stéphane Courbit.

Objectif : devenir le leader français du jeu multijoueurs sur mobile

Ce créateur de start-up dans l’âme décide donc de quitter le navire avec une autre idée de business émergeant : s’imposer dans le secteur du jeu multijoueurs grand public sur téléphones mobiles. Il installe en mars 2013 sa start-up, Triple Fun, à Bordeaux, avec la conviction que « Bordeaux a un potentiel incroyable dans le numérique ». La capitale de l’Aquitaine est en effet la troisième ville dans le domaine des jeux vidéo en France. Jeudi dernier, il a sorti son troisième jeu, « Microgolf », en accès gratuit sur les plateformes Android et Apple, avec des fonctionnalités payantes. Mais, sa passion pour les paris le rattrape. En septembre, il va lancer un jeu de pronostics sportifs. Son ambition est de devenir rapidement le leader français du jeu multijoueurs sur mobile. Triple Fun compte déjà une dizaine de salariés et part dans l’aventure avec des bases solides : plus de 500 000 euros de fonds propres.

Bordeaux a le potentiel d’une capitale numérique européenne

A 44 ans, Nicolas Béraud n’a déjà plus rien à prouver, mais il a gardé son esprit « start-up » et son envie de faire bouger les lignes.  En l’occurrence, il veut contribuer à faire de Bordeaux une capitale numérique européenne. « Nous avons autant d’atouts que des start-up du secteur à Londres, il faut simplement être plus ambitieux ».

source : www.sudouest.fr

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article