Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Santé des dirigeants : les propositions de 5 organisations professionnelles

Santé des dirigeants : les propositions de 5 organisations professionnelles

Cinq organisations évoquent leurs pistes pour appréhender les problématiques de santé des dirigeants.

La CPME : Se former pour éviter l'effet boule de neige

S'il tombe malade, comment remplacer le dirigeant ? Comment assumer les charges et impositions sur ses revenus de remplacement ? Comment l'aider à se reconvertir lorsque son état de santé ne lui permet plus d'exercer son métier ? La Confédération des petites et moyennes entreprises n'hésite pas à poser les questions qui fâchent. « Lorsque le chef d'entreprise a un problème de santé, c'est pour lui une double peine », déplore Jean-Michel Pottier, vice-président chargé des affaires sociales à la CPME. En 2016, plus de 200 sessions de formation ont été mises en place par les CGPME territoriales pour aider les dirigeants à faire face à ces problématiques. La CGPME Normandie, très à la pointe sur ces questions, a pour sa part déployé un dispositif de prévention destiné à sensibiliser les chefs d'entreprise aux bénéfices de l'activité physique sur la santé. Plusieurs rencontres ont été organisées depuis mars 2016 avec la participation de sportifs de haut niveau et de représentants du corps médial pour revaloriser le bien-être comme facteur de performance.

L'UAE - Une couverture prévoyance pour les micro-entrepreneurs

Le statut de micro-entrepreneur compte beaucoup de nouveaux inscrits. Parmi ces derniers, certains sont parfois mal informés sur le fonctionnement de son système de protection sociale. Lorsque leur activité se cumule ou alterne avec un emploi salarié, les choses peuvent vite devenir compliquées. L'Union des autoentrepreneurs accompagne pour cette raison ses membres dans la mise en place effective de leur couverture santé. « Notre partenaire, la RAM [organisme conventionné par le RSI], aide les autoentrepreneurs dans leurs démarches pour vérifier qu'il n'y ait pas de faille dans le système et qu'en cas de pépin ils soient bien protégés, explique François Hurel, président de l'UAE. Nous encourageons également nos membres à souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle pour qu'ils puissent exercer leur métier sereinement et ne pas subir les pressions de leur environnement et de leurs clients. ». Enfin, l'UAE espère faire évoluer le régime des micro-entrepreneurs pour y inclure une couverture prévoyance garantissant des indemnités journalières en cas de perte d'activité et une assurance pour les accidents de travail.

La Capeb - Un suivi médical nécessaire

Pour la première fois, en 2014, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment s'est intéressée de près au tabou de la santé des dirigeants dans le secteur de l'artisanat du bâtiment. Quelque 3.000 chefs d'entreprise ont répondu au premier baromètre annuel lancé par l'Iris-ST, l'observatoire créé par l'organisation patronale. « Il y avait un vrai besoin sur ces questions, estime Patrick Liébus, président de la Capeb. Les chefs d'entreprise ne vont pas bien et la situation se dégrade chaque année, comme le montre la 3e édition de notre baromètre sur l'année 2016. ». Les chiffres sont en effet alarmants. Quelque 87 % d'entre eux ne sont pas suivis médicalement vis-à-vis de leur activité professionnelle, un manque entraînant des poses trop tardives de diagnostic. Plus d'un dirigeant sur deux déclare par ailleurs être souvent ou très souvent stressé. « Dans ces métiers, les dirigeants ont du mal à se déconnecter et à séparer la vie professionnelle de la vie familiale. Bien souvent, leur bureau, d'où ils gèrent les tâches administratives, se trouve à la maison. Le conjoint est généralement impliqué lui aussi, d'une façon ou d'une autre, dans l'entreprise », décrit Patrick Liébus, lui-même couvreur-zingueur de formation. La Capeb compte sur ces résultats pour alerter les pouvoirs publics.

Le CJD - S'inclure dans le programme de bien-être en entreprise

En expérimentant il y a quelques années un dispositif de bien-être au travail dans son réseau national d'entreprises, le Centre des jeunes dirigeants a fait un constat. Beaucoup de chefs d'entreprise ne parviennent pas à mettre en place ces stratégies pour leurs salariés car ils ne s'y incluent pas eux-mêmes. L'organisation décide alors de revoir son approche. « Nous avons lancé il y a trois ans une nouvelle initiative avec un premier échelon centré uniquement sur l'équilibre et l'hygiène de vie du dirigeant, explique Iker Aguirre, délégué national chargé du bien-être au CJD. Nous avons testé pendant un an auprès d'une centaine de nos chefs d'entreprise un outil d'autodiagnostic. Il sera utilisé à compter de septembre comme base de travail pour des ateliers de réflexion. » Cette matrice permettra aux participants d'échanger sur des items très divers comme le sens donné à leurs actions, la place accordée aux loisirs ou au repos, leur sentiment d'appartenance à un groupe… « Nous voulons montrer que la question du bien-être ne doit pas être abordée de façon linéaire mais systémique, en y incluant de nombreux paramètres interdépendants. » Une cinquantaine de sections, sur les 117 CJD de France, ont d'ores et déjà souhaité participer.

La CCI - Sensibiliser avec des formations pratiques

La Chambre de commerce et d'industrie des Deux-Sèvres a noué un partenariat avec la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur pour mener un projet pilote. Des ateliers ont été organisés durant un après-midi en avril pour sensibiliser les dirigeants de PME, TPE et TPI à la mise en place de réflexes simples de santé au quotidien. « L'idée est de donner aux chefs d'entreprise des conseils et des techniques, démonstration à l'appui, pour apprendre les bons gestes à insérer entre deux réunions, afin de mieux gérer leur stress, par exemple », raconte le président de la CCI, Philippe Dutruc. Le projet fait déjà des émules dans les autres CCI de France, assure le Deux-Sévrien.

source : business.lesechos.fr

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article