Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Recruter son premier salarié : quatre erreurs qu'il vaut mieux éviter !

Recruter son premier salarié : quatre erreurs qu'il vaut mieux éviter !

Embaucher un premier salarié est une opération délicate. Pour éviter les déconvenues, voici les principaux pièges à éviter.

Le premier recrutement fait souvent peur aux entrepreneurs. Surtout lorsqu’il s’agit d’un poste stratégique. Se tromper dans le choix d’un responsable commercial ou d’un développeur Web peut être mettre toute la société en péril. Pour ne rien arranger, la tête dans le guidon et focalisé sur le développement du business, l'entrepreneur a trop tendance à expédier le processus de recrutement. L'erreur est répandue, mais ce n’est pas la seule. Elsa Brager, associée fondatrice du cabinet conseil en RH Enoa RH consulting, décrypte les principales erreurs à ne surtout pas commettre au moment de recruter son premier salarié.

Erreur n°1 - Ne pas avoir défini ses valeurs

Cela peut paraître abstrait mais ne pas avoir réfléchi sur ses valeurs avant de recruter est une belle et magistrale erreur. Celle qui pourrait vous coûter le plus cher ! Pour Elsa Brager, «il faut que ces valeurs, ce qui résume l’histoire de l’entreprise, sa vision, ses convictions, soient le fil conducteur du recrutement». Pourquoi ? D’abord parce que le candidat veut savoir où il met les pieds. Ensuite, parce que raconter ses valeurs est une façon de donner envie au candidat de participer à l’aventure. Un point capital pour convaincre des profils ultra sollicités.

Exemples de valeurs à mettre en avant : la bienveillance, l’engagement, l’innovation, l’esprit collaboratif... Dans une entreprise comme BlablaCar par exemple, on les résume par des slogans affichés sur les murs des Open Spaces comme «Déjà fait est mieux que parfait» ou bien «L’utilisateur est le vrai patron».

Erreur n°2 - Oublier de fixer précisément les missions

Définir un profil à recruter ne suffit pas. En amont, beaucoup d’entreprises oublient de se pencher de manière précise sur les missions confiées au nouvel arrivant et de les hiérarchiser. Même s’il faut garder une certaine souplesse dans son approche, il convient d'être précis sur la définition des missions. Sinon la personne recrutée ne comprendra pas qu’on lui confie des taches dont on ne lui a jamais parlées. Et au final, c'est le clash assuré.

Erreur n°3 - Vouloir aller vite

Par manque de temps, on peut être tenté de précipiter son recrutement.

Situation typique, beaucoup d’entrepreneurs font appel à des amis d’école pour aller plus vite. Risqué ! Un jeune diplômé ne sera pas forcément fait pour le job. Au contraire, pour une première embauche à un poste clé, il est plutôt conseillé de choisir une personne expérimentée, même moins diplômée, mais capable de formuler des observations constructives et d’anticiper des fautes de débutant. Quel que soit le profil, le dirigeant doit se dégager du temps pour les entretiens, le débriefing et la rédaction des réponses aux candidats écartés.

Erreur n°4 - Ne pas anticiper l’intégration du salarié

Les premiers pas du salarié, le «on boarding» comme disent les anglo-saxons, sont cruciaux dans la réussite du recrutement. Ce n'est pas un sujet réservé aux grandes organisations.

Il faut anticiper les premières semaines : quel temps vous (et le cas échéant vos associés) allez-vous accorder à la nouvelle recrue ? Sur quels aspects va porter cet accompagnement ?

Sans un minimum d’implication de votre part, votre premier salarié va se sentir mal intégré et commencer à regretter d’avoir signé avec vous. «Avant de recruter, soyez certain d’être prêt à transmettre. Pour recevoir, il faut donner», conclut Elsa Brager.

source: business.lesechos.fr

Partager cet article

Commenter cet article