Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Les communes, terreau fertile pour les entreprises

Les communes, terreau fertile pour les entreprises

Depuis 15 ans, Denis Broliquier est un slasheur : il cumule deux activités. Le matin, il est responsable national de la vie associative de l’IDRAC, une école de commerce. L ‘après-midi,  il est maire du 2e arrondissement de Lyon. Rigoureux dans la gestion de ces deux agendas distincts, il reconnait qu’il existe toutefois des interactions entre ses deux fonctions, au profit de ses administrés et aussi de ses étudiants.

Quel est le tissu économique du 2e arrondissement de Lyon ?

Cet arrondissement englobe notamment la Presqu’île, le quartier des Cordeliers et la Place Bellecour. C’est l’hyper centre de Lyon. De grands groupes y sont installés comme les sièges de Descours et Cabaud, (leader de la distribution professionnelle pour l’industrie et le bâtiment), ou encore Eiffage, la Fondation Mérieux… La Presqu’île de Lyon, c’est aussi 3 000 commerces, artisans et professions libérales.

En tant que maire, quelles actions menez-vous pour favoriser l’activité de ces entreprises dans les communes ?

Avec mon équipe, je favorise le collectif. Concrètement, j’aide et je subventionne les associations de commerçants. J’ai également participé à la création d’une association des entrepreneurs locaux. L’expérience montre que les acteurs économiques qui réussissent le mieux sont ceux qui sont organisés autour d’associations puissantes.

Vous avez aussi un rôle de conseil au moment de la prospection et de l’installation des entreprises sur ce territoire géographique…

De par mon ancrage politique et ma présence sur le terrain depuis de nombreuses années, j’ai une expertise territoriale à la fois sur l’immobilier et sur la clientèle ou les débouchés possibles. Ma porte est ouverte tout au long de l’année pour recevoir des entrepreneurs, des start-up, des commerçants avec des projets plus ou moins avancés. Je leur fais part de mon analyse et les oriente vers les bons interlocuteurs.

Votre activité à l’IDRAC vous donne aussi une bonne connaissance des entreprises locales. En quoi cette casquette vous sert-elle dans votre activité de maire ?

D’abord, elle me permet de rester en phase avec les réalités de l’entreprise. C’est primordial pour un élu ! Ensuite, j’ai tissé des liens avec des étudiants depuis des années, notamment par le biais de voyages pédagogiques que j’organise régulièrement à l’étranger. Ces anciens étudiants occupent aujourd’hui des postes à responsabilité dans des entreprises des communes de la région. Donc forcément, ce réseau me sert pour aider les entreprises que je côtoie à se développer. Il m’arrive également de proposer des stagiaires de l’IDRAC à des entreprises que je rencontre dans mes fonctions de maire.  Et lorsque je fais un voyage pédagogique à l’étranger, je garde dans un coin de tête la liste des entreprises lyonnaises qui pourraient être intéressées par les contacts que je noue sur place.

Nous sommes dans une période de campagne électorale. Renforcez-vous les liens avec les entreprises en cette occasion ?

Les périodes de campagne sont évidemment des moments où les élus sont plus visibles sur le terrain ! Mais les acteurs économiques ont une bonne mémoire. Ils n’apprécient pas qu’on les rencontre seulement en période électorale. Pour maintenir un lien fort tout au long de mes mandats successifs, j’ai instauré des rencontres professionnelles régulières. Chefs d’entreprises, commerçants, artisans, professions libérales, banques…  nous échangeons en petit comité sur les tendances de leurs activités. Et puis, être élu local c’est aussi s’occuper du quotidien des entreprises, de la gestion des déchets, des chantiers en cours dans les communes. Au final, je m’efforce de faciliter la vie des entreprises dans toutes leurs préoccupations, des plus matérielles aux plus stratégiques.

source : instinctbusiness.com

Partager cet article

Commenter cet article