Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Business Table, portrait d’un vrai serial entrepreneur

Business Table, portrait d’un vrai serial entrepreneur

Mickaël Hadjadj, président fondateur de Business Table, est un véritable «serial entrepreneur» du 21ème siècle. Il a créé différentes sociétés, toujours pour répondre à de véritables problématiques business. Rencontre avec cet entrepreneur de la restauration professionnelle aux multiples casquettes.  

Instinct Business : Vous êtes un entrepreneur autodidacte. Comment avez-vous eu l’idée de créer votre première entreprise ?

Mickaël Hadjadj : Je suis fils de restaurateurs, passionné par ce métier. Très jeune, j’ai eu envie d’entreprendre. Au départ, je voulais ouvrir mon restaurant. J’avais le concept mais pas les fonds ! J’étais alors très admiratif de Siben N’ser, le fondateur de Planet Sushi. En observant les restaurateurs, je me suis rendu compte qu’ils n’avaient pas le temps d’optimiser leur taux de remplissage. Il y avait un vrai besoin, mais pas de réponse. À 18 ans, j’ai lancé ma première société, Medias-Menu pour les aider à accroître leur visibilité et à commercialiser leur restaurant. En 18 mois, une centaine de clients m’avait fait confiance.

Puis, en 2004, j’ai lancé le site internet Exclusive Restaurants. J’avais remarqué que les hôtels se structuraient et se regroupaient, comme la chaîne Relais & Châteaux, mais qu’il n’existait rien de tel pour les restaurants. J’ai donc décidé de lancer un label pour fédérer des restaurateurs indépendants haut de gamme autour de services communs. Nous avons ainsi réuni 1300 établissements avec un système de réservation en ligne, un programme de fidélité… Nous avons également lancé une campagne de marketing et de communication globale. Le taux de remplissage de ces établissements a augmenté en moyenne de 20%.

IB : Puis vous avez lancé Business Table en 2010. Quel est le principe ?

MH : En discutant avec des directeurs financiers ou des directeurs d’achat de grandes entreprises, je me suis aperçu que la gestion des repas d’affaires était à la fois compliquée et coûteuse. Gérer de bout en bout une note de frais prend en moyenne 20 minutes et coûte 53 € à l’entreprise ! Un vrai casse-tête à la fois pour l’employeur et le collaborateur. En 2009, j’ai donc réfléchi à un outil pour optimiser la gestion et le coût des repas d’affaires.

Avec Business Table, nous proposons une solution combinant réservation, facturation, récupération de la TVA et reporting de l’ensemble des frais de table. Ceci permet à l’entreprise d’économiser jusqu’à 30% sur ces dépenses. Les collaborateurs peuvent réserver parmi 16000 restaurants et 1400 traiteurs référencés sur notre plateforme. Et ils n’ont plus à établir de notes de frais, ni à avancer de trésorerie. 300 entreprises nous font aujourd’hui confiance, dont beaucoup de grands comptes (La Poste, Véolia, Orange, Bayer, Estée Lauder…).

IB : À votre avis, quelles sont les clés de votre succès ?

MH : Savoir s’entourer des bonnes compétences, de professionnels expérimentés avant de se lancer sur un marché. Ainsi, Dominique Polya, une ancienne d’Accor, m’a rejoint en 2008 et Laurent Gabard, ancien directeur commercial d’Intercontinental Paris en 2009. De la même façon, il est important de choisir de bons partenaires technologiques ou commerciaux. Nos partenariats avec Amex, Edenred ou encore ITA Maestro nous ont permis de grandir rapidement et efficacement. Enfin, des investisseurs nous ont accompagnés aux moments clés de Business Table :  Amundi lors de l’élaboration de la solution informatique, et Citizen Capital pour la mise en place de plans commerciaux plus élaborés.

IB : Comment vous définiriez-vous en tant que chef d’entreprise ?

MH : Je pense que ce qui a fait ma réussite comme chef d’entreprise, c’est l’intuition, l’audace et mon côté visionnaire. J’écoute les avis mais au final je suis mon intuition. À chaque fois, mes idées viennent d’une problématique business. Je cherche des solutions qui vont répondre à un besoin et qui vont durer dans le temps. Choisir le bon timing est également très important.

Business Table, portrait d’un vrai serial entrepreneur

IB : Et comme manager ? Quelles sont les valeurs qui vous guident au quotidien ?

MH : Passer chez Business Table de 1 à 60 collaborateurs et peut-être bientôt 100, a forcément fait évoluer mon style de management. Je suis passé d’un management très directif à un management basé sur la délégation. J’ai mis en place un CODIR avec des directeurs, patrons de leur business et responsables de leurs recrutements. Je veille à responsabiliser et à rendre autonomes mes équipes. Une fois par mois, j’organise un pot pour rencontrer tout le monde et favoriser la convivialité.

Ce qui me tient à cœur et me motive au quotidien : la croissance, la rentabilité et le bien-être de mes collaborateurs. Je suis attentif à l’ambiance qui règne dans nos bureaux. Il est important d’avoir une vision et de rêver à son aboutissement et à sa réussite.

IB : Quelles sont vos attentes face à de nouveaux collaborateurs ?

MH : Trois qualités me semblent indispensables : la motivation, l’honnêteté et l’efficacité.

IB : Quels conseils donneriez-vous à des jeunes sur le point de se lancer dans l’entrepreneuriat ?

MH : Le plus dur, c’est de se lancer. Donc ne vous posez pas trop de questions, osez et avancez concrètement !

IB : Quels sont vos prochains défis pour Business Table ?

MH : Conforter notre position de leadership en France, améliorer notre plateforme pour optimiser l’expérience client et enfin commencer à nous déployer en Europe à partir de 2018 pour répondre à une demande forte de nos clients.

source : instinctbusiness.com

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article