Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Simplifions enfin la vie des entreprises !

Simplifions enfin la vie des entreprises !

 

Les entreprises réclament le choc de simplification longtemps promis par le gouvernement. Ce bol d'air leur offrirait des opportunités de croissance et d'embauche.

Et s’il est compliqué de repenser en tant que société l’environnement réglementaire, financier et administratif, les entreprises peuvent au moins aspirer à un cadre technique plus compréhensible, moins coûteux, voire rémunérateur, et directement créateur de valeur et d’emploi. Deux leviers majeurs peuvent être actionnés pour simplifier la vie des entreprises.

Le premier consiste à tenter de simplifier un cadre vécu aujourd’hui comme castrateur. Concrètement, il s’agirait de simplifier les volets administratif, réglementaire et financier pour les entreprises et les entrepreneurs, en vue d’une accélération massive de création d’emplois. En effet, on pourrait avoir l’impression que les revendications des entreprises se focalisent sur un besoin d’aides. Pourtant, de l’avis général, ce ne sont pas les coups de pouce fiscaux qui feront la différence. Tout acteur économique aspire aujourd’hui à se libérer des lourdeurs qui brident leur élan. Ils ont unanimement besoin de confiance et qu’on les laisse faire.

Réviser les règles du jeu

Car aujourd’hui talents, savoir-faire et innovation sont là. La France a tout pour réussir. Le sujet n’est pas ici d’être pour ou contre la loi Travail. On sent que la revendication de fond est simplement que l’administration et le législateur accompagnent la création et la croissance de l’entreprise.

Si les acteurs économiques attendent une simplification du cadre législatif et administratif, ils souhaitent aussi une révision des règles du jeu financier. Quand le financement des entreprises et des PME en particulier est encore le nerf de la guerre, il apparaît rapidement que le système de financement classique est décorrélé des besoins des entreprises en termes de compréhension des enjeux de transformation, d’échelle, de souplesse et de réactivité. Aujourd’hui, l’évolution du cadre économique – en intégrant notamment des possibilités de financement participatif – est une condition fondamentale pour développer la capacité à accompagner la croissance des entreprises.

Où est passé le choc de simplification ?

Et les collaborateurs ? On entend souvent que le salarié veut plus de sécurité. Ce qui revient à renforcer le cadre, quel qu’il soit, en fonction de ce que l’on y met. Mais les attentes sont plus complexes et profondes. Là où certains prophétisent la fin du salariat si les "garde-fous" sont revus, c’est peut-être plutôt la fin du salarié exécutant qui est en vue. Par exemple, en haut de l’iceberg de la génération Y dont les aspirations sont contagieuses, on ne revendique pas tant un refus du lien de subordination que la recherche plurielle d’inspiration en repoussant les limites établies. Les collaborateurs recherchent la confiance et la bienveillance qui leur permettront d’exprimer leur créativité et leur talent, et, à travers leur réalisation personnelle, participer au succès de l’entreprise – au sens noble du terme.

Décompliquer de l'intérieur

L’autre levier consiste à simplifier la vie de l’entrepreneur et des entreprises de l’intérieur, via l’environnement technique dans lequel ils opèrent en leur permettant de se concentrer sur leur coeur de business. En effet, si l’on simplifie les cadres règlementaires et financiers, que faire avec le lieu physique dans lequel le travail est réalisé ? L’espace de travail physique lui-même doit être repensé pour libérer la performance et la création de valeur.

Or, sur ce front, le monde de l’immobilier tertiaire doit impérativement se remettre en question. Ce secteur d’activité, centré sur l’offre, a en effet oublié de placer au centre de sa proposition de valeur son client, sa vie et ses besoins existants et émergents. Et quand tout ce qui a trait au travail gagne en souplesse et en flexibilité, l’immobilier d’entreprise n’a pas vu que son client avait besoin de se libérer des contraintes administratives et financières directement liées à l’immobilier.

source: lesechos.fr

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article