Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Business plan : les recettes du succès

Business plan : les recettes du succès

Vous avez un projet d’entreprise en tête ? Pour passer du rêve à la réalité, le business plan s’impose comme le sésame incontournable. Il permet de décortiquer et de mettre à plat toutes les données concernant la future société. Au-delà, il offre une vision réaliste de sa viabilité et de son avenir, condition sine qua non pour séduire d’éventuels investisseurs. Raison de plus pour le concevoir avec soin et dans les règles de l’art !

Un triple objectif

Le business plan est sans doute le meilleur outil d’évaluation et de communication pour monter un projet d’entreprise. Sa fonction principale ? Vous permettre de solliciter des financements et de convaincre vos partenaires de la viabilité économique de la future société. C’est grâce à lui que les organismes financiers, associés ou investisseurs potentiels vont vous faire confiance. Mais au-delà de la recherche de partenaires, ce document est l’outil idéal pour piloter votre projet. Il permet de faire le point sur la stratégie prévue, l’équipe, les moyens logistiques … Il vous aide à clarifier le plan d’actions, à structurer vos idées et surtout à vous poser les bonnes questions. Et même si vous n’avez pas besoin d’investisseurs, vous construisez ainsi les plans de votre entreprise sur des bases solides et vous éviterez de vous disperser lors de son lancement… et à plus long terme. Car le business plan peut évoluer au fur et à mesure de l’avancée du projet et permet donc de suivre son développement à chaque étape. Ainsi, il sera très utile pour vérifier si la nouvelle activité est en accord avec les prévisions et pour vous alerter si les premiers résultats s’avèrent en dessous de vos espérances.

Des chiffres et des lettres

Concrètement, la rédaction du business plan demande une bonne dose de rigueur. C’est un savant mélange entre plusieurs ingrédients : une étude de marché réalisée dans les règles de l’art, une stratégie commerciale fluide, des prévisions financières réalistes. Il en existe différents modèles et c’est à chacun de composer sa recette et de choisir celui qui correspond le mieux au projet et à son angle de vue.

Présentez le projet dans le détail

En guise d’entrée, rédigez tout d’abord une introduction qui résume le dossier et aborde les points clés. Puis, attaquez-vous à la présentation exhaustive et minutieuse de votre projet. En tant que futur entrepreneur, vous devez répondre à certaines questions : Quelle est l’idée du projet ? En quoi est-il innovant ? A quels besoins répond-il ?… Bref, il s’agit dans ce premier chapitre de mettre en avant l’opportunité commerciale de votre idée. Présentez clairement les caractéristiques du produit ou du service en mettant en avant les éléments qui pourront le différencier de la concurrence. Si le domaine est technique, il est d’autant plus important d’être clair et précis. N’hésitez pas à ajouter un glossaire ou des illustrations.

Analysez le contexte économique

Morceau de choix dans le business plan : l’étude du marché, destinée à analyser votre projet selon la sacro sainte loi du marché. Elaborée avec soin, elle vous permet de préciser la clientèle visée et ses caractéristiques (âge, sexe, catégories socio-professionnelles, localisation), et de la segmenter. L’étude approfondie doit aussi mentionner ses motivations, ses centres d’intérêt, ses attentes, ses comportements d’achat … Elle évoque également les concurrents dans l’univers de l’entreprise afin d’identifier leurs points forts et leurs faiblesses, leur stratégie, leur notoriété, leur implantation… Une étape essentielle, car de son analyse va découler le positionnement commercial et stratégique de la future société.

Proposez un plan d’actions

Le volet stratégique est sans aucun doute le plat de résistance du business plan. Après avoir présenté l’opportunité commerciale du projet, passez au plan d’actions. Comment allez-vous vous imposer sur le marché ? Quels moyens seront nécessaires à sa mise en œuvre ? Vous pouvez commencer par la logistique et les moyens matériels, fonds de commerce, outils de travail, parc automobile par exemple. Présentez également votre stratégie marketing et les moyens de communication que vous allez développer. Quels supports comptez-vous utiliser ? Comment allez-vous évaluer votre politique de prix ? Autant de questions à évoquer avec précision. Vous pouvez clôturer ce chapitre avec un focus sur les ressources humaines. Analysez les besoins en personnel, les embauches prévisionnelles et les compétences recherchées. Sans oublier d’évoquer la politique adoptée avec les fournisseurs et les partenaires.

Exposez le plan financier

L’ultime chapitre est généralement consacré au nerf de la guerre. C’est le moment d’exposer les chiffres clés du prévisionnel financier : bilan, compte de résultat, tableau des flux de trésorerie, seuil de rentabilité… La partie chiffrée peut également comporter d’autres éléments : marché test, observation de la concurrence, sondages, enquêtes, rencontres avec des professionnels du secteur … En expliquant la prévision des ventes et en détaillant les coûts et les investissements humains et techniques, vous serez alors en mesure de mettre en avant le besoin de financement du projet et sa rentabilité future. Il faut cependant garder à l’esprit que si le prévisionnel financier est un volet essentiel du business plan, séduire avec une série de chiffres ne suffit pas. D’où la nécessité de soigner l’ensemble du dossier. Vos partenaires seront réellement sensibles à votre projet si vous avancez clairement une vision, une stratégie et une fine connaissance du marché.

Soignez le fond … et la forme

Soyez réaliste : prévoyez une progression vraisemblable de votre activité. Inutile de forcer les résultats à la hausse, ou de surestimer votre chiffre d’affaires prévisionnel, les partenaires éventuels ne s’y trompent pas. D’une manière générale, essayez de traquez les incohérences.
Soyez prudent : pensez également à évoquer les risques inhérents et les solutions de rechange envisageables, pour montrer votre capacité à anticiper les risques liés au démarrage d’une activité professionnelle.
Soignez particulièrement la présentation, éliminez les fautes d’orthographe et les tournures syntaxiques indigestes qui rendent votre texte fastidieux.
Aérez le texte, créez un sommaire avec une pagination et rédigez des petits résumés pour chaque chapitre.
Cassez la forme scolaire du document avec de la couleur, une police bien choisie, voire des éléments graphiques.

source : le Mag RH

Partager cet article

Commenter cet article