Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Nantes. Une PME lève 450.000 euros en moins de 24 heures

Nantes. Une PME lève 450.000 euros en moins de 24 heures

Il aura fallu moins de 24 heures au promoteur nantais Bati Nantes pour lever 450.000 euros sur une plate-forme de crowdfunding. 

Succès éclair de Bati Nantes sur la plate-forme de crowdfunding Proximea, une filiale du groupe Banque Populaire Atlantique. Le promoteur immobilier nantais a mis moins de 24 heures pour lever 450.000 euros. Fondateur de Bati Nantes, François Régis Bouyer compte sur cette somme pour financer un programme de 37 logements situés dans l’agglomération nantaise, à Saint-Sébastien-sur-Loire. Pour cette opération, il a choisi d’expérimenter le crowdfunding.

« Opération totalement sécurisée »
« On cherchait un financement un peu nouveau car nous sommes dans un métier très capitalistique, explique le chef d’entreprise. Jusqu’à présent, pour financer une opération immobilière, l’entreprise puisait essentiellement dans ses fonds propres, tout en s’appuyant sur des banquiers, voire des investisseurs extérieurs ». La rapidité du tour de table financier dit ne pas surprendre le dirigeant : « L'opération est totalement sécurisée. La quasi totalité des logements sont déjà commercialisés. Nous avons toutes les autorisations et la livraison est prévue fin 2017. Pour les investisseurs nous proposons 8% de rentabilité ».

22% de croissance en 2015
Bati Nantes emploie 23 salariés à Nantes. Sa société sœur, Bati Armor, compte 15 personnes à Rennes. Réalisant surtout des logements dans l’Ouest de la France, mais aussi des bureaux, les deux structures ont réalisé 110 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015. « La meilleure année de notre histoire », commente François Régis Bouyer. En 2014, l’entreprise affichait 90 millions d’euros de chiffre d’affaires.

source: www.lejournaldesentreprises.com

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article