Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

Le conseil en gestion dans la TPE, c'est aussi une affaire humaine

Le conseil en gestion dans la TPE, c'est aussi une affaire humaine

Choix des indicateurs de gestion, commentaires sur les données fournies, alerte en cas de problème…

La mise en place par l'expert-comptable de tableaux de bord dans une TPE passe notamment par une relation de proximité avec l'entrepreneur.


"Connaissez-vous votre seuil de rentabilité ?". Ce type de question peut préparer l’entrepreneur à la mise en place d’indicateurs de gestion dans son entreprise. C’est en tout cas l’avis qu’a exprimé l’experte-comptable Alexandra Vernier-Bogaert la semaine dernière lors d’une conférence des universités d’été des instances comptables franciliennes. "Avant toute chose, il faut parler à l’entrepreneur d’indicateurs clés tels que le chiffre d’affaires, la marge, la sous-traitance ou encore les retards clients. C’est ainsi que vous pourrez voir avec lui ceux qui lui semblent pertinents et décidez avec quelle périodicité les fournir", détaille-t-elle.

Ambitions limitées
Car mieux vaut commencer avec des ambitions qui peuvent paraître limitées mais qui sont réalisables et qui parlent à l’entrepreneur. "Il est préférable de mettre en place des tableaux de bord en comparant les données N à N-1 pour voir si la TPE a fait mieux cette année que l’année précédente, analyse l’experte-comptable. Mieux vaut ne pas commencer par les prévisions", ajoute-t-elle.

Organisation du cabinet
Une fois les tableaux de bord déployés, leur exploitation est essentielle. "Les reportings n’ont de sens que s’ils sont commentés", résume Thierry Polack, co-animateur de cette conférence. Une analyse partagée par Alexandra Vernier-Bogaert. "Le but n’est pas d’envoyer le tableau de bord à l’entreprise, témoigne-t-elle. Il est de l’intégrer dans l’organisation du cabinet. Si vous détectez un problème, par exemple des retards dans les encaissements du client, il faut alerter l’expert-comptable pour qu’il contacte le client", conseille-t-elle.

Satisfaction client
Car il est également important de s’occuper de l’usage par l’entrepreneur des informations fournies. Autrement dit de sa satisfaction. "Un client qui ne réclame pas le tableau de bord au bout de 15 jours après l’échéancier, c’est qu’il ne s’en sert pas, analyse Alexandra Vernier-Bogaert. S’il le réclame deux jours après le délai, c’est qu’il s’en sert", ajoute-t-elle.

Segmentation de clientèle…
Pour certains, cette question renvoie à la nécessité d’analyser la clientèle avant de proposer des tableaux de bord. "Je connais un cabinet qui a segmenté sa clientèle en deux : d’un côté les entrepreneurs qui veulent se développer et qui demandent donc du conseil en gestion et, de l’autre côté, ceux qui ne demandent qu’une mission réglementaire et pour lesquels ce n’est pas la peine de faire une action commerciale forte", analyse Thierry Polack.

… ou pas
Un avis que ne partage par Alexandra Vernier-Bogaert. "Il faut s’inquiéter des clients qui ne s’intéressent qu’à la tenue, répond-elle. Car on risque de les perdre dans quelques années quand les banques leurs proposeront la comptabilité. Il faut donc leur proposer des indicateurs de gestion minimum". Une façon de sensibiliser l'entrepreneur et de promouvoir la valeur ajoutée de l’expert-comptable.

source : actuel-expert-comptable.fr

Partager cet article

Commenter cet article