Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fimeco Baker Tilly Expert-Comptable Audit et Conseil

2013, répit ou reprise ?

Le tableau dans lequel a évolué l'économie Française en 2013 est un peu moins sombre qu'en 2012. Les Indicateurs ne sont toutefois pas passés au vert, avec une croissance atone du PIB, +0,2%, un pouvoir d'achat poussif, +0,4%, dans un contexte d'inflation contenue. Les défaillances d'entreprises ont battu des records et touché en première ligne les PME-TPE.

Après un recul de 2,2% en 2012,l'indice global de la TPE mesurant l'activité des petites entreprises du commerce, des services et du bâtiment est au diapason de ce climat national morose. En léger repli de 0,1%, il traduit quand même une situation de timide éclaircie.

Contrairement à 2012. les petites entreprises du bâtiment qui avaient fait plonger l'indice global lui donnent en 2013 un léger coup de pouce. Malgré tout, l'activité des petites entreprises a été orientée à la baisse sur les trois premiers trimestres de l'année.
Seul le quatrième trimestre renoue avec des valeurs positives, + 1 ,8%, permettant de
terminer à l'équilibre.

Des arbitrages en défaveur du commerce et des services

La consommation des ménages, bien qu'en hausse de 0,4% a surtout bénéficié aux achats de services et d'énergie pour le chauffage, ainsi qu'aux dépenses en services liées au logement.

Elle a donc peu profité aux commerces et services, dont l'indice recule de 0,7%.

Le profil des évolutions trimestrielles est semblable à celui de l'Indice global avec une amélioration sur le dernier trimestre 2013.

Seul le secteur du commerce de détail alimentaire a vu ses ventes progresser,+1,4%. Tous les autres secteurs connaissent des reculs d'activité plus ou moins marqués. L'équipement de la maison. -3,7, l'équipement de la personne, -4,3% et le secteur auto-moto,-3.2%, ont été les plus malmenés.

Contexte économique frileux. renforcement des concurrences expliquent ces difficultés. La beauté·esthétique et la santé, bien qu'en baisse pour la deuxième année consécutive ont un peu mieux résisté. Enfin, les ventes du secteur de l'hôtellerie-restauration s'effritent à nouveau et les chiffres d'affaires reculent de 1.4%.

Bâtiment : reprise ou éclaircie ?

Bien que soumis à rude épreuve après une difficile année 2012. -4,8%, le bâtiment
se démarque en affichant une hausse de 1,60%. Celle-ci s'appuie sur les deux derniers trimestres où les chiffres d'affaires ont évolué favorablement.

Ce léger regain est constaté par les différents acteurs du bâtiment et n'est sans doute pas étranger à l'anticipation de la hausse de la TVA.

Toutefois, le plongeon des permis de construire pour les logements neufs sur la fin 2013 augure mal d'une vraie reprise pour 2014. Les professionnels réclament des mesures institutionnelles pour soutenir la filière en attendant une reprise forte et durable.

Une reprise poussive

C'est ainsi que l'Insee qualifie la tendance pour 201 4 L'évolution des indicateurs économiques reste trop timide pour être un signai fort de reprise. La tendance projetée de l'indice TPE pour 2014 n'est guère plus optimiste.

source : Activité et tendances (fcga) avril 2014

2013, répit ou reprise ?

Partager cet article

Commenter cet article